Méaban régatta, histoire d'une première réussie

Publié le par On the roX

P1060956Méaban régatta Juillet 2011 :

Nouvelle épreuve et 1ère course au large organisée par le YCCA, la Méaban Régatta 2011 a eu lieu du 8 au 17 Juillet dernier.

Flash back sur cette belle course qui a conduit les 6 équipages du Crouesty Arzon au port asturien de Gijon, coutumier de l’accueil des trans-Gascogne et autres solitaire du Figaro.

5 bateaux au départ et 1 bateau accompagnateur, sur la ligne de départ : « Anne et Sébastien IV », le Grand Soleil de mon ami Jacques Fily, président du YCCA, et co-skipper d’On the roX sur la dernière Duo Atlantique, PIU BELLA, le magnifique Delher 44 bleu métallisé  de François Brault, LOCH NESS, le A40 DE Jean-Jérôme Marteau, MAUKA, le Dufour 38 de Guy PIN, et enfin On the roX, plus petit bateau de la flotte avec ses 10.06m ; le bateau accompagnateur de Laurent Defrance, JUSANT IV, Océanis 42 CC complète la flottille.

Vendredi 8 Juillet : Hostile la nature !

En cette veille de départ, la météo ne nous gâte pas puisque ça souffle d’W/NW 25nds, avec un bon crachin, bien de chez nous.

On the roX est au Crouesty depuis hier soir et attend ses équipiers, Roger Le Breton, dit Roro, et Jacque Déroff dit Schwarzy.

Le « Warm up » prévu pour l’après-midi (une régate en baie de Quiberon) par les organisateurs est sagement annulé pour éviter de casser le matériel et les équipages avant notre traversée, ce qui permet à chacun de finir sa préparation.

J’en profite pour caresser les formes élancées d’OTR une dernière fois, en plongée apnée, la pétole étant au programme de notre descente vers l’Espagne.

Nous terminons l’avitaillement, le rangement du bateau, vérifions le matériel de sécu, et je tente longuement de faire communiquer le micro du bord avec le téléphone satellite qu’Alain Maignan nous a encore gentiment prêté cette année, pour assurer la récupération des fichiers météo et donner des nouvelles du bord : prise de tête garantie, coups de fil multiples (I-Sat, Géolink…), ça finit par fonctionner vers 18h, péniblement, l’antenne du téléphone étant bien moins performante qu’une vraie antenne extérieure, on fera avec …

19H, présentation des équipages au Casino de Port Crouesty, 19 équipiers, dont une équipière, Pauline, sur Lochness, 3 à 4 équipiers par bateau.

Belle ambiance festive et sympathique, on dîne ensemble, la mayonnaise commence à prendre, pas trop d’agapes ce soir, on verra ça à l’arrivée, car demain c’est parti pour 48 à 60h de mer.

Samedi 9 Juillet, banzaî !

Petit temps ce matin au départ, 1O nds SW, tranquille pour entamer cette traversée du golfe dans de bonnes conditions, nous partons les 1ers (bon présage ?) mais nous sommes vite rattrapés par le GS 43 et le Delher qui franchissent Sud méaban dans cet ordre devant OTR, Lochness suit, Mauka ferme la marche.

Traversée du passage des sœurs entre Houat et Hoedic, en tricotant,  le large s’ouvre à nous, OTR marche bien à 6,5nds/7 nds, les gros s’éloignent rapidement.

Fin d’après midi, le vent tombe, de gros nuages noirs dans l’axe de la route, orage a venir, de quel côté on part ?

On aperçoit les copains qui cherchent comme nous à se frayer un passage dans les bascules de vent qui se succèdent, la nuit tombe, la pétole s’installe déjà, m….

La nuit se passe à guetter les risées (la lune est bien présente), les quarts (1 en haut, 2 en bas) se succèdent toutes les 2 heures.

Dimanche 10 Juillet : pas d’excès de vitesse

Le jour se lève sous le soleil, sans vent, à petite distance, Lochness et Mauka, quasi- tankés comme nous !

Mauka sous grand génois se rapproche, ça chambre à la VHF, on passe la journée à traquer le moindre souffle, on balance spi max tangon dans le balcon, asymétrique, re-spi, rien n’y fait, patience ça va rentrer. On est encore à 180 milles de Gijon. Sur notre gauche à 7/8 milles, un grand spi rouge : Annseb ! C’est bon on lâche rien.

Ca rentre vers 18 heures, progressivement, du coup on balance spi max, cap au 150 pour aller chercher un flux de NE plus fort annoncé par le fichier météo et on s’offre un p’tit rosé frais avec des toasts, avant une bonne platée de pates.

L’idée est de faire la cuiller par l'est, jusqu’à l’arrivée, dans du vent refusant, en gardant le spi jusqu’au bout.

Minuit le vent monte, 20 nds ++, ça secoue un peu, le cocotier profite de la lune magnifique pour pousser dans l’étai, affalage à 3 sur le pont, on poursuit sous génois, on verra plus tard pour renvoyer, ça marche pas trop mal comme ça.

Lundi 11 Juillet, vitesse, vitesse :

Bonne nuit, rapide, au petit matin nous sommes à 90 milles de Gijon et le vent est monté, les autres doivent tous avionner sous spi, on envoie le spi lourd après le p’tit déj.

Vent 25/30 nds, entre 2 et 3 mètres de creux, mer croisée assez courte pas facile à barrer, OTR ne descend que rarement sous les 10 nds, des pointes à 14 nds, génial, ça fume et ça bombarde !

Comme prévu à 30 milles de l’arrivée ça commence à mollir, on renvoie le spi max, histoire de faire un peu de pub en arrivant, ça fera plaisir au sponsor.

14H, encore à 20 milles et ça tombe grave, à 10 milles, le « ventre à la côte » nous cueille, on se traine à 5/6 nds, on aperçoit un bateau sur notre arrière tribord, sans doute Lochness. La grosse vedette de la Guardia Civil maritime vient nous tourner autour, Roro t’as tes papiers ? Quelques coups de corne d’accueil et saluts forts sympas, font pas ça chez nous les keuffs maritimes !?

La tension monte à bord, d’autant que l’arrivée que nous apercevons vers 16H est encore à 6/7 milles et nous marchons à moins de 4 nds, dans le clapot, pour aller contourner les bouées de Los amusacas, devant le port pétrolier de Gijon, nous passons la ligne à 18H, toujours sous spi, après 55 heures de course, en 3ème position.

Comme en 2010 (Barquera) la pluie démarre à notre arrivée, no comment, mais pas étonnant que ce soit le pays du cidre, içi.

Super accueil des copains et du comité, merci c’est génial d’arriver comme ça.

Annseb est arrivé vers 15H, et Piu bella également mais a mis le moteur, donc DSQ, Lochness arrive une heure après nous, et Mauka vers 22H, au moteur, sous la pluie.

Si ma calculette est bonne on a gagné la manche !

Diner collectif en ville, généreux et convivial avec tous les équipages et comité de course, après apéro d’accueil au Club nautique Gijon, chaleureux.

Le Habana Club devant lequel nous sommes obligés de passer pour rentrer à bord nous accueille comme en 2010, fin de soirée sur Mauka et son joyeux et très amical équipage, la bannette est la bienvenue…

Mardi 12 Juillet : tourisme et festivités

Ballade en car pour les équipages, on part visiter la région sous la flotte, visi quasi nulle, dommage, car la Vierge de Covadonga, site exceptionnel méritait mieux.

Bon casse-croute à l’espagnole en redescendant, grosse ambiance dans le bus, c’est pas les bretons qui vont se laisser attrister par un peu de crachin !

18H remise des prix au Club nautique en présence des autorités, confirmation de notre victoire, bizarre quand même ce trophée qui ressemble bien au cousin du lièvre, on décide qu’il rentrera par la route avec le comité, on ne sait jamais.

Y a plus qu’à arroser ça, buffet copieux et bonne charcuterie espagnole. Ballade sur le front de mer, avant un pointage à la bouée Habana Club et fin de soirée « chez Jacky ».

 

Mercredi 13 Juillet, c’est reparti :

14H, départ anticipé pour Le Crouesty, grosse pétole annoncée, une belle bulle anticyclonique trône sur le golfe de Gascogne, le routage dit de faire du NE assez vite pour la contourner à terre.

Bon départ, on se fait vite passer par les gros, c’est pas grave, il y a deux jours de mer…et puis la pétole, OTR aime ça.

Le vent de NW de 12/15 nds du départ tombe assez vite en début de nuit, on ne le reverra que dans le voisinage de Belle-Ile.

Jeudi 14 Juillet : temps de pucelle

Pas un souffle de toute la journée, et les messages de l’organisation annoncent Annseb à 30 milles devant, puis 50 milles vers 17H.

Baignade pour Jacquot rebaptisé le « lion de Recouvrance » depuis mardi soir, elle est bonne, pas d’algues dans le safran ni l’hélice.

18H brieffing avec les copains de misère, Piu Bella et Mauka, Lochness a disparu dans l’est, on décide de faire route moteur, la météo annonçant encore 24 heures sans vent.

Appels répétés à Lochness, pour les informer, sans réponse, Inch Allah…

Mail nous apprend qu’Annseb fait route moteur depuis tôt ce matin, on comprend mieux la vitesse.

Mer plate, coucher de soleil magique, lune splendide, quart musical sous les étoiles, dommage qu’il y ait ce bruit lancinant de moteur, vitesse 5 nds, dauphins à gogo.

On en profite pour dormir, manger un peu, même pas une traine à bord pour occuper le temps.

23 heures de moteur plus tard, le vent rentre d’W, vers 17H comme prévu, spi max jusqu’a Belle-Ile que nous rejoignons vers 1H du mat. Molle et pluie avant le retour du vent en baie de Quiberon 20/25 nds, arrivée d’une nouvelle dép.

On s’amarre au Crouesty vers 4H, apéro casse-croute rapide, il faut se lever vers 8H pour ranger le bateau le remettre en config croisière, et attraper le flot pour rentrer à Arradon. Pendant ce temps Lochness est toujours en course dans la piaule, s’ils arrivent avant 12h, ils claquent la manche et le général ; ils (et elle) terminent vers 17H, hors course, au moteur, rincés mais heureux de l’avoir fait, bravo à ce jeune équipage sans expérience du large d’avoir insisté.

19H remise des prix très émouvante, au YCCA, car les 6 équipages (n’oublions pas Jusant IV et son joyeux équipage) ont eu 6 jours pour se découvrir et s’apprécier, de solides amitiés sont nées.

On the roX garde sa 1ère place de l’aller, forcément un peu déçu de n’avoir pas pu en découdre au retour, comme les autres participants. Annseb est 2ème, Lochness 3ème, Mauka 4ème et Piu Bella 5ème.

Beaux cadeaux et belle soirée de clôture, merci au YCCA et à son président d’avoir gardé le cap en maintenant la régate malgré le petit nombre de bateaux, compensé par une grande qualité, une grande convivialité, merci au comité et aux bénévoles du YCCA, qui se sont mis en 4 pour faire de cette 1ère un vrai succès

Vivement 2012, avec un peu de vent, SVP.

 

On the roX                                                               link

Publié dans Régates

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article